Le lundi 9 janvier 2017, je suis retournée à Montreuil sur Ille, pour une observation de terrain.
Le temps était très couvert, il faisait assez froid et il y avait un peu de vent. L’observation a débuté à 14h30.

J’ai pu constater que le niveau des mares et des déversoirs a un peu augmenté, surtout concernant la plus grande mare.
La première mare, elle, semble bénéficier d’un peu plus de lumière, sur une bonne moitié, à cette heure de la journée.
A vérifier une journée où le temps sera dégagé.
Sur les berges, on sent de l’humidité sous nos pieds, mais nous sommes loin d’une possible crue. Il n’a pas encore assez de pluie pour cela.
Il est convenu d’abattre au moins un Cupressus sur deux, sur la berge de la première mare. Principalement, pour qu’elle puisse profiter de plus de lumière tout au long de la journée.

J’ai réalisé 3 tests de sols, sur 3 parties boisées du terrain.
La première, proche de la première mare.
Le sol est à 85 % composé d’argile. C’est une partie qui peut être parfois inondée en hiver. L’argile empêche l’eau de s’évacuer rapidement, et elle met plusieurs jours à s’infiltrer dans le sol.
Le deuxième test à été réalisé sur une partie qui se trouve à quelques mètres de la plus grande mare. Un endroit qui semblait servir de mini décharge, car les propriétaires ont retrouvé beaucoup de déchets.
Le sol est très tassé et composé aussi de 85 % d’argile. En bordure, il a de l’eau qui stagne parfois.
Le dernier test a été effectué dans la partie boisée du fond de la parcelle. Le sol à la même composition que celui d’une forêt.

Les parties boisées semblent bien abritées du vent, malgré la chûte des feuilles.
En hiver, il y a quelques belles clairières naturelles, qui bénéficient d’une bonne luminosité. Surtout dans la partie du fond.
A vérifier un jour ensoleillé.
Il y a quelques endroits, proches du déversoir qui peuvent être potentiellement inondés en période de crue.

La prochaine observation, aura lieu en mars.

Voici quelques photos de cette observation :