La marmite norvégienne est un réceptacle isolant, qui permet de continuer les cuissons hors feu et en n’utilisant aucune source d’énergie.
C’est souvent une caisse hermétique, dans laquelle on met un matériau isolant (couvertures, liège, paille, feutre…).

 

C’est une technique de cuisson qui ne date pas d’hier. En effet à l’époque de nos arrières grands parents, il était très courant de finir les cuissons en mettant la marmite de soupe, ragoût, pot au feu ou autre,  sous la couette. Cela permettait aussi de chauffer le lit, lors des rudes nuits d’hiver.
Et encore avant ça,  il existait une technique qui consistait à finir les cuissons dans des trous en terre, dans lesquels on enterrait la préparation culinaire. Méthode qui se rapproche de celle de la Wayta.

Si on aime bricoler, il est assez facile de réaliser une marmite norvégienne en bois.
Vous trouverez ici, un article sur la réalisation de deux marmites, lors d’un atelier que j’ai organisé.
Mais il est possible de faire plus simple :
– Utiliser une vieille glacière
– Utiliser une poubelle
– Utiliser du linge qui isole bien, comme une doudoune ou un duvet.
– Utiliser un panier en osier
– Utiliser une boite en carton.
Il existe plein de possibilités pour créer une marmite norvégienne.

Comment ça marche ?

Dans premier temps, commencez votre cuisson tout à fait normalement.
Une fois arrivée au stade d’ébullition laissez sur le feu encore quelques minutes. Le temps varie selon l’aliment cuisiné.
Quelques exemples :
– Riz blanc = 2 minutes.
– Riz complet = 5 minutes.
– Pâtes = Pareil que le riz, selon si elles sont complètes ou non.
– Autres céréales : Entre 2 à 5 minutes, selon la céréale choisie.
– Légumes = Entre 2 à 5 minutes, selon la grosseur des morceaux et le style de légume.
– Légumineuses : Entre 5 et 10 minutes, selon la légumineuse choisie.
– Fruits pour compote ou confiture = Entre 2 et 5 minutes, selon les fruits choisis.
– Châtaigne = 2 minutes.

 

Une fois ce temps écoulé, mettez votre gamelle, avec son couvercle, dans votre marmite norvégienne.
Comptez environ deux fois le temps de cuisson normal de votre préparation. Vos aliments vont rester chaud pendant un bon moment.
Vous pouvez donc préparer vos repas le matin, pour le midi ou l’après midi pour le soir.
Le temps peut varier selon le style de marmite que vous avez. Il y a un petit temps d’adaptation, mais on trouve vite ses repères de cuisson.
Cela exige aussi de prévoir ses repas un peu à l’avance. Mais l’avantage, c’est que pendant que cela mijote, vous pouvez faire complètement autre chose. Cela ne nécessite pas de devoir surveiller la cuisson, à contrario d’une cuisson sur feu.
Un autre avantage, c’est que les aliments n’ayant été que très peu de temps chauffés à haute température, ils gardent plus de nutriments et de vitamines.
Car au sein de votre marmite, ils vont cuire en température descendante et à l’étouffée.
Et le dernier avantage, et pas l’un des moindres, c’est que vous allez pouvoir faire des économies d’énergie, car votre cuisson se fait les 3 quarts du temps hors feu.

La marmite norvégienne est préconisée pour les plats à base d’eau.
Vous pouvez donc y cuisiner beaucoup de plats :
– Soupe
– Légumes à l’eau
– Céréales
– Plats en sauce
– Tajine
– Compote
– Confiture
– Fruits en sirop
– Petit pain et gâteau à la vapeur
– Yahourt
– Porridge

 

 

Vous pourrez trouver des recettes ici.

Vous ne pouvez pas utiliser la marmite norvégienne, pour des plats gratinés, rôtis, rissolés ou fris.
Mais vous pouvez combiner votre cuisson à la marmite à la cuisson au four ou finition de cuisson sur feu (pour les poêlées par exemple).

Vous pouvez visionner ici une vidéo explicative :

Et voici des sites à consulter :

Marmite Norvégienne mon amie

C’est fait maison – Marmite norvégienne